Pathologies prises en charge par votre chirurgien phlébologue - Docteur Christine D'Hont, Chirurgien vasculaire, Traitement des varices, Phlébologue, Charleroi, Namur, Belgique

Traitement des varices, Docteur Christine D'Hont, Charleroi-Namur-Belgique
Docteur Christine D'Hont, chirurgien vasculaire, phlébologue, traitement des varices et varicosités
Aller au contenu

Menu principal :

Pathologies traitées

Insuffisance veineuse : varices, varicosités ou télangiectasies, œdème des membres inférieurs, phlébite, altération de la peau (dermite ocre), ulcère veineux.


L’insuffisance veineuse chronique
_____________________________________

Docteur Christine D'Hont, phlébologue traitement des varices et des pathologies liées à l'insuffisance veineuse, chirurgien vasculaire, Charleroi-Namur-Belgique

L’insuffisance veineuse chronique

Symptômes
  • Lourdeur, douleurs de jambes, sensation de pesanteur disparaissant en position couchée ou à la marche
  • Fourmillements
  • Gonflements des jambes : oedème
  • Crampes
  • Démangeaisons

Signes cliniques
  • Jambes enflées
  • Varices : veines superficielles dilatées en permanence.
A noter que chez les femmes, les varices ne se limitent pas toujours aux membres inférieurs : elles peuvent aussi être localisées dans la région vulvaire (varices périnéales), et, de façon invisible au simple examen clinique, dans le petit bassin (varices pelviennes).
  • Télangiectasies (appelées communément “varicosités”) : petites veinules très fines mesurant moins d’un mm de diamètre, de couleur rouge ou bleue-mauve, souvent alimentées par une veine réticulaire : veine sous-cutanée non palpable de moins de 3 mm de diamètre.

Origine des varices
Parfois l’origine des varices est secondaire à une obstruction veineuse (suite à une thrombophlébite).
Le plus souvent, l’origine est héréditaire, familiale : on parle de varices essentielles.
Contrairement à une idée répandue, la maladie veineuse chronique touche autant les hommes que les femmes (mais les femmes ont plus de facteurs favorisant son aggravation).

Certains facteurs en augmentent la sévérité
  • Certaines professions nécessitant de rester debout de manière prolongée, l’obésité, le manque d’activité physique, et tout simplement la vieillesse

  • Cas particulier des femmes : la grossesse,  une longue durée journalière passée en position debout (en moyenne, les femmes passeraient encore 3H30 debout en rentrant de leur travail), certains traitements hormonaux en fonction du dosage

La maladie variqueuse est une maladie chronique et évolutive.
Origine et traitement des varices - Dr Christine D'Hont Phlébologue

Comment fonctionne le retour veineux
Le sang arrive dans les membres inférieurs, propulsé par le coeur, en cheminant dans les artères.
Pour remonter ensuite vers le coeur, le sang passe par le système veineux profond et superficiel. Le réseau profond est localisé dans ou entre les muscles. Le réseau superficiel est sous la peau ; il est constitué principalement de la grande saphène (saphène interne), qui va de la face interne de la cheville au pli de l’aine, et de la petite saphène (saphène externe), qui va de la face externe de la cheville à l’arrière du genou. Des veines appelées “perforantes” relient le réseau superficiel au réseau profond.
Le coeur est la pompe des artères. La pompe des veines, qui assure le retour du sang vers le coeur, est le muscle du mollet, aidé par les valves anti-reflux : des clapets qui empêchent le sang de redescendre dans les jambes lorsqu’on est en position debout.


Schéma explicatif des varices, Docteur Christine D'Hont, chirurgien vasculaire, Charleroi Belgique

Mécanisme de formation des varices
Chez certaines personnes, 35 % de la population (*), suite à une anomalie congénitale et héréditaire, les veines se dilatent, et les valves anti-reflux finissent par ne plus se refermer correctement : elles laissent refluer le sang : on parle d’incontinence ou insuffisance valvulaire.

Schéma expliquant le rôle des valvules dans les veines, Dr Christine D'Hont, Phlébologue, Charleroi Belgique

(*) 35% de la population selon l'étude de Maurins, Hoffmann et Losch.

Référence bibliographique :
Maurins U, Hoffmann BH, Losch C, et al. Distribution and prevalence of reflux in the superficial and deep venous system in the general population - results from the Bonn Vein Study, Germany. J Vasc Surg 2008; 48: 680-687.

Pourquoi faut-il traiter les varices ?
Il ne s’agit pas seulement d’un problème d’esthétique ou d’inconfort.

En l’absence d’un traitement adapté, les varices sont sources de complications provoquées par la stagnation prolongée du sang veineux dans les jambes :

  • Phlébites superficielles (varico-phlébites) : caillot obstruant plus ou moins complètement la veine
  • Altération de la peau : dermite ocre (la peau devient brune), lipodermatosclérose (la peau s’épaissit, devient dure et rétractée en profondeur), eczéma variqueux
  • Ulcères veineux : développement de plaies douloureuses de la jambe qui ne guérissent pas ou qui récidivent après cicatrisation
  • Rupture hémorragique de varices ou télangiectasies très superficielles
  • Etc.

Traitements des varices
Le but du traitement des varices est de supprimer l'origine du reflux.
Pour cela, le chirurgien vasculaire ou le phlébologue a plusieurs techniques à sa disposition : les injections sclérosantes (éventuellement à la mousse), l’éveinage chirurgical (stripping) ou les méthodes de thermo-ablation endoveineuse (moins invasives que le stripping), les ligatures de veines perforantes, les phlébectomies (résections étagées de varices)...

Le choix du traitement ne peut se faire sans un bilan indispensable préalable, réalisé par échographie-Doppler.
L’échographie-Doppler est un examen indolore qui se réalise au cabinet de consultation.
Il permet de vérifier que certaines veines profondes ou superficielles ne sont pas bouchées, de préciser l’anatomie des veines superficielles et de localiser le ou les reflux à l’origine des varices.

Rarement, le bilan échodoppler sera complété par la réalisation d’un phléboscanner ou une IRM.

Le traitement des varices s’appuie sur 3 volets, dont deux impliquent directement le patient :

1) L’hygiène de vie : combattre le surpoids, marcher régulièrement pour activer la pompe musculaire du mollet, éviter de rester debout de façon prolongée, éviter la chaleur au niveau des jambes et les vêtements trop serrés.

2) Le port quotidien de bas de compression veineuse de classe 2

3) Le troisième volet est médical :

En fonction des données de l’échodoppler préalablement réalisé, votre médecin vous proposera différentes techniques. Il peut également vous conseiller la prise de médicament veinotoniques : ceux-ci n’ont cependant qu’une efficacité très limitée pour soulager les symptômes et beaucoup de ces médicaments vendus sans ordonnance n’ont pas été suffisamment étudiés. En aucun cas ils ne traitent la cause des varices.
Société française de Phlébologie

Copyright © 2017-2018  Artès Web Tous droits réservés  | Mentions Légales |  Politique de confidentialité

Docteur Christine D'Hont, chirurgien vasculaire et phlébologue
Retourner au contenu | Retourner au menu